Le soleil-médecin

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Poème illustré par un tableau de :

Peter Deluca
(1941-2012)

Dans la vieille maison pourtant rapetassée,
Tout était terne et gris. On ne peut demander
A de trop vieux machins d’avoir un air aimable !
Et quoi que fasse Arnaud, c’était inconcevable

De tirer des vieux murs ne serait-ce qu’un zeste
De simple séduction, un peu de charme agreste
En plein coeur du maquis. La maison était laide,
Irrémédiablement, et quelle que soit l’aide

Qu’on puisse lui porter ! Mais Arnaud en souffrait :
Il aimait sa bicoque, y était attaché…
Quand un jour le soleil, voyant cette verrue
Au beau milieu de rien, étonné s’en émut

Au point de vouloir faire un petit quelque chose.
Il décida d’agir, bien qu’ignorant la cause
D’une telle bonté en son coeur… pourtant froid !
Visant la cheminée, l’astre-roi envoya

Au coeur du bâtiment un faisceau de rayons
Pour lui redonner vie ! Aussitôt la maison
Emit magiquement une douce lumière
Qui la revigora : ce fut spectaculaire

Et de vraiment très moche elle devint fort belle.
Elle put entonner la jolie ritournelle
Des exclus accédant à la presque beauté,
Par le fait d’un soleil acceptant de donner

Un peu de son éclat à la déshéritée.
Enfin débarrassée de l’ombre qui hantait
Ses murs gris et poisseux, la sinistre demeure
Devint depuis ce jour la maison du bonheur.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Chez nous, Contes, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire