Les vacances de février

Poème illustré par un tableau de :

Joseph Anton Koch
(1768-1839)

Nous sommes partis d’Aix vraiment tôt ce matin
Pour échapper au flot pressé des Marseillais
Attirés par la neige depuis peu tombée :
Vendredi en soirée. Echappés du tintouin

Du fameux grand départ ! Nous prenons l’autoroute :
Elle est bien dégagée. Quel bonheur nous avons
De traverser ainsi cette belle région
Qu’est la Haute-Provence ! Allez, en avant toute !

Le temps est somptueux, l’horizon découpé
Par les contours aigus de hauts sommets tout blancs.
Il ne nous reste plus qu’à avoir du beau temps
Vers le Sauze, là-bas. Il serait enneigé

Juste comme il le faut, d’après la Météo !
Mais voici le barrage de Serre-Ponçon,
Un tunnel pas bien long et le dernier tronçon
Qui va nous amener en une heure là-haut.

La route tournicote ; et les mélèzes nus
Strient de leurs troncs gris les pentes en grimpette ;
La route est dégagée ; voici Barcelonnette…
Un tout dernier effort et nous serons rendus.

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *