Ma maison

mas-provencal_500x500

Poème illustré par un tableau de

Monique Delord
www.ateliermagique.com

Il n’y a qu’un endroit où je me sente bien
Au fil du temps qui passe et fuit, inexorable ;
Où je peux, en sachant que c’est un havre stable,
Rêver que mes tourments n’ont vraiment trait à rien :

C’est cette maisonnette au coeur de la Provence,
Avec le grand soleil qui caresse le toit
Du bout énamouré de ses millions de doigts,
Dans laquelle un beau jour m’ancra la Providence.

Minuscule bercail ! Assez grand – oh, combien !
Pour une vie passée à écrire et à lire.
Il suffit qu’Erato* puisse y caser sa lyre,
Que puissent s’y tenir et mon chat et mon chien ;

Un bon fauteuil aussi, pour y ronronner d’aise
Quand le vent au-dehors hurle comme un dément…
Et un lit pour parfois y loger mon amant :
Perspective avenante, agréable hypothèse !

Mon mas lilliputien est comme un coeur bien chaud
Qui bat en ronronnant, qui vibre et qui palpite,
Et que je veux aimable, afin que nul n’hésite
A en franchir le seuil. Oui, vraiment, peu me chaut

Qu’en son joli jardin il soit aussi modeste,
Ce tout petit palais aux immenses attraits !
C’est mon humble chez-moi où je vis en retrait,
Receleur patenté d’inoubliables siestes…

* La Muse de la Poésie

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Ma maison

  1. Merci, chère Elyette, d’avoir choisi mon poème ! Je vous embrasse

Laisser un commentaire