Le casso-joï

Poème illustré par un tableau de :

Nico Le Caruyer

www.nicilcdbpaints.blogspot.com

C’est un petit monsieur qui s’appelle Amédée,
Qui prend tout au sérieux et ne sait pas sourire.
Ne voyant de la vie que ses mauvais côtés,
Il aime à l’infini ne parler que du pire,
Et comme un gros crapaud il ne sait que baver.

N’essayez pas l’humour : il ne comprendrait pas !
Il n’est pas en osmose avec les Marseillais
Plutôt joyeux lurons, car c’est un rabat-joie,
Un sombre trouble-fête. Il n’est vraiment pas fait
Pour le rire et les jeux. Un triste pisse-froid

Qui était déjà vieux quand il était enfant !
Bien trop sage et posé pour avoir des amis,
Il faisait tout trop bien et raisonnablement :
Un enfant solitaire un peu terne, un peu gris
Et toujours accroché au jupon de maman.

Il ne sort pas beaucoup et ne plaît pas aux femmes ;
Elles ne l’aiment pas car il est trop sévère;
Et la seule à laquelle il ait offert sa flamme
A fui épouvantée par son aspect austère
Et son fade discours triste comme son âme.

Un vieux garçon suintant de torpeur et d’ennui,
Avec un morne emploi de petit fonctionnaire
A la vie enlisée dans la monotonie.
Austère casso-joï* que ce célibataire
Qui ne comprend jamais pourquoi les autres rient…

*En Provençal, un casso-joï est un rabat-joie !

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire