L’aile noire

Cette fois, j’ai senti son aile
Frôler ma joue tout en douceur ;
Ma joue et peut-être mon coeur
Qui a soudain perdu son zèle

A battre régulièrement…
Puis elle n’a plus eu envie,
Et a fauché une autre vie
En l’espace d’un court instant…

Lunatique et capricieuse,
Elle va et vient à son gré,
N’ayant cure de vos regrets
Puisqu’elle est toujours victorieuse !

Et le Temps a repris son cours,
Comme l’automne qui roussit
Les feuilles du parc Borély ;
Le Temps qu’elle vaincra toujours,

Mais qui enchaîne les saisons,
Impavide et imperturbable.
Eté, automne : il est probable
Que cet hiver va être long

Et que je verrai le printemps ?
Elle semble partie plus loin :
Un accident à Lourmarin…
Peut-être vivrai-je longtemps ?

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.