la souris importunée

Souris

www.lezefaquiens.canalblog.com

Le nez hors de son trou, une souris regarde
La grand’pièce encombrée où vivent les Delors.
Car le chat n’est pas là : il doit être dehors
A traquer méchamment – que le bon Dieu les garde !

Les autres souriceaux d’une gent plus sauvage.
Les Delors, qui sont six, s’agitent constamment,
Poussent des hurlements et font tant de boucan
Qu’ils en paraissent fous ! Cela crée des ravages

A l’ouïe du rongeur, trop fine et délicate
Pour ouïr sans broncher le chambard des Humains ;
D’autant que, tout à l’heure, Aristide le chien,
Aboyeur patenté, vient de lever la patte

Au milieu du salon… La bestiole en a marre
Du chahut des Delors, de ce bruit, de leurs cris !
Un tel tohu-bohu ne sied pas aux souris ;
La nôtre n’en peut plus de tout ce tintamarre !

Demain, c’est évident, l’animal déménage
Pour aller chez les Biot vivant un peu plus loin
Pas bien loin des cinglés, au coeur de Lourmarin.
Etre ainsi dérangé, ce n’est plus de son âge…

Il lui faut s’en aller, sa décision est prise,
D’autant que les deux Biot sont de doux petits vieux :
La paisible souris ne saurait rêver mieux…
Elle va donc rentrer pour faire sa valise !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Cités provençales, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire