La femme invisible

femme aux oiseaux

Ce que vous ignorez de moi,
C’est que je peux être invisible :
Une confession indicible
Qui provoque souvent l’émoi…

Car comment rester insensible
En apprenant un tel secret ?
Tout à coup, vous subodorez
Que je peux vous être nuisible :

Plantée dans la salle de bains,
Je pourrais être, là, derrière,
A contempler votre derrière :
Cellulite et tout le tintouin…

Ou, comme une fée indiscrète,
Peut-être vous suivre partout
Tel un effroyable toutou ?
Connaître ces caches secrètes

Où vous recevez vos amants…
Mais comme je suis vraiment bonne,
Jamais, au grand jamais ne donne
Le plus petit renseignement

A quiconque me le demande !
Je suis charmante… à condition
Qu’on paie très bien ma discrétion :
Car je suis une vraie brigande,

L’on ne peut rien me refuser…
Mais comme je suis insatiable,
Je m’en vais demander au diable
Un autre don pour m’amuser :

Voler comme font les sorcières ?
Traverser sans souci les murs
Ou noircir tout ciel peint d’azur
En me gorgeant de sa lumière ?

Faire du mal autour de moi
Car je suis vraiment malheureuse,
Et me venger de cette affreuse
Vie qui me chahute et me broi(e)…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire