La femme invisible

femme aux oiseaux

Ce que vous ignorez de moi,
C’est que je peux être invisible :
Une confession indicible
Qui provoque souvent l’émoi…

Car comment rester insensible
En apprenant un tel secret ?
Tout à coup, vous subodorez
Que je peux vous être nuisible :

Plantée dans la salle de bains,
Je pourrais être, là, derrière,
A contempler votre derrière :
Cellulite et tout le tintouin…

Ou, comme une fée indiscrète,
Peut-être vous suivre partout
Tel un effroyable toutou ?
Connaître ces caches secrètes

Où vous recevez vos amants…
Mais comme je suis vraiment bonne,
Jamais, au grand jamais ne donne
Le plus petit renseignement

A quiconque me le demande !
Je suis charmante… à condition
Qu’on paie très bien ma discrétion :
Car je suis une vraie brigande,

L’on ne peut rien me refuser…
Mais comme je suis insatiable,
Je m’en vais demander au diable
Un autre don pour m’amuser :

Voler comme font les sorcières ?
Traverser sans souci les murs
Ou noircir tout ciel peint d’azur
En me gorgeant de sa lumière ?

Faire du mal autour de moi
Car je suis vraiment malheureuse,
Et me venger de cette affreuse
Vie qui me chahute et me broi(e)…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Amours, Contes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.