Fleur fanée

Femme

Sonnet illustré par un tableau de :

Stevens Alfred
(1823-1906)

Ne reste plus – hélas ! de sa beauté passée
Que son joli sourire. Invraisemblablement
Fripée de mille plis par la fuite du temps,
Sa peau aurait besoin d’être bien repassée

Telle une soie pongé que l’usage a froissée.
Elle fut vraiment belle il n’y a pas longtemps !
Mais le tabac, l’alcool, le soleil triomphant
L’ont usée bien trop tôt. Et trop vite fanée,

Elle est comme la rose inclinée vers le sol
Dont la beauté trop riche et trop épanouie
S’effeuille au fil du jour. Sa chair est un peu molle,

Avec l’aspect moelleux que prennent certains fruits
Quand ils deviennent blets. Et sa beauté s’envole
Chaque jour un peu plus avec le temps qui fuit…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Les gens, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire