Drôle de ville…

Poème illustré par un tableau de :

Emile Bouvier
www.inter-coproprietes.com/jeditoo/france/Paca

Quelle drôle de ville ! Et quel étrange endroit
Que ce Marseille triste et rieur à la fois
Qui peut souvent le mieux, mais peut aussi le pire !
Une cité légère et faite pour le rire,

Mais qui parfois surjoue, en arrivant au drame.
La ville du soleil, portant en oriflamme
Une intense lumière et parfois pas mal d’ombre :
Un monde lumineux, mais dont les tréfonds sombres

Recèlent des secrets qu’il vaut mieux ignorer.
La mer y est très claire et semble la bercer,
Ondoyant lentement tout autour de la rade.
Mais sous les eaux très bleues les hauts fonds se dégradent,

Rongés par la gangrène et par la pollution…
Quelle drôle de ville, et dont la séduction
Ne peut jamais laisser quiconque indifférent.
Mais gare au malheureux qui devient son amant !

 

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans Marseille. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire