Une vieille armoire

Poème illustré par un tableau de :
Pieter de Hooch
(1629-1684)

Je me souviens parfois d’une vieille maison,
Un souvenir d’antan qui hante ma mémoire…
Et dans son grand salon, une très vieille armoire
Dont la taille et le poids défiaient la raison,

Si lourde que jamais l’on ne l’avait bougée !
On l’avait tant cirée qu’elle sentait très bon :
Encaustique, fumée, remugles moribonds
Des odeurs du passé. Des piles bien rangées

De draps blancs ou écrus lestaient les étagères
Qui ployaient sous leur charge. Inutile trésor,
Mais fonds très important car on aimait alors
Que rien ne soit mesquin ni pris à la légère.

Elle était en noyer, ciselée à merveille
Par un vieil ébéniste qui avait pris son temps ;
D’un style campagnard, comme celui d’antan,
Ingéniosité à nulle autre pareille !

Il arrivait parfois qu’au cours de la soirée,
Son vieux bois fatigué émette un craquement.
Un soupir dû à l’âge ? Ou le gémissement
De l’arbre d’autrefois à l’âme torturée

Par le sort en faisant un meuble pour les Hommes ?
Bien piètre devenir pour l’immense noyer
Si puissant que jamais rien n’avait pu pousser
A son pied de titan ! Car qui faisait un somme

Sous son ombrage vert était empoisonné,
D’après les racontars… Mais le vieux meuble antique
N’était plus qu’une armoire usée et pacifique
Dans un très vieux salon au charme suranné.

  •  
  •  
  •  

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.