Rude hiver

Poème illustré par un tableau de :
Gustave Vidal

(1895-1966)

Il va falloir passer encor tout un hiver
Dans ce maudit taudis où moults courants d’air
Vous hérissent le dos de leur souffle glacé.
A l’écart de la ville car le coût du loyer

Y est vraiment moins lourd ! Mais comment endurer
Cet hiver provençal si dur à supporter
Quand hurle le mistral ? Quand on a l’impression
Qu’il va désagréger les murs de la maison

Et que ses courants d’air qui s’immiscent partout
Tels de longs doigts glacés vous effleurent le cou !
Qui vous contraint aussi à bien tout calfeutrer !
On vous a pourtant dit qu’il y a du danger

A tout boucher ainsi. Mais on a bien trop froid
Pour agir sagement ! Le besoin fait la loi…
Et maudite saison fatale aux pauvres gens
Que ce fichu hiver : c’est le temps des tourments !

On ne peut plus chauffer ainsi qu’il le faudrait :
Cela coûte trop cher, et même si c’est vrai
Que c’est bien pire au Nord, on se fait du souci
Quand arrive décembre et tout son lot d’ennuis.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.