Un mal étrange

 

Et si notre Provence souffrait d’une dermite,
D’un mal hallucinant qu’on ne voit que du ciel ?
On peut le comparer à une varicelle
Mouchetée de turquoise. C’est de la piscinite !

Creusées dans les prés verts qui pompent toute l’eau
Tombant de la montagne en rus bien maigrelets,
Des excavations bleues, rectangles ou carrées
Mitent le paysage à grands coups de cordeau.

L’on y voit quelquefois de gros microbes blancs
Qui gigotent rieurs, braillants et excités
Dans ces ersatz de lacs aux eaux javellisées.
A cent mètres de là roule la mer argent.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.