L’été indien

 

Comment peut-il faire aussi chaud
Alors qu’octobre va mourir ?
Aujourd’hui le temps est si beau
Qu’il semble tout brodé de rires.

Et chacun d’aller les bras nus
Comme au coeur du plus bel été,
Un été extrême et si dru
Qu’on ne sait plus quel jour on est

Tant la ville grouille de monde.
Et l’on se demande parfois
Si la Terre est toujours bien ronde
Pour aller ainsi de guingois.

C’est le vent qui souffle un grand feu
Venu des côtes africaines
Et qui sème en nous peu à peu
Une torpeur presque malsaine

Car il fait trop chaud en Provence,
L’automne doit s’en revenir,
Et l’été fou quitter la danse
En se résignant à partir.

Même en Provence il fait trop chaud,
Et tout assoiffés de fraîcheur,
L’on déteste ce sirocco
Et sa détestable touffeur.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire