Les pointus

 

Sur la houle bleue qui clapote
Les pointus vont dodelinant,
Et l’ondulation les cahote
De la plage jusqu’au Couchant.

Sur leur poupe fine et aigüe
L’eau d’or en giclant étincelle ;
Ils bondissent tapant du cul,
Filant comme les caravelles

Des antiques marins d’antan.
Leur mât est penché vers l’arrière,
Profilant l’ombre des haubans
Sur la voile triangulaire

Qu’on dit aussi : « voile latine ».
Ils sautent, dansent, caracolent,
Les petits bateaux qui lutinent
La mer aux mille cabrioles.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire