Le voile de la mariée

Poème illustré par un tableau de : 

Gilbert Thomas
www.gilbthomas.blogspot.com

Assis le coeur serein tout en haut de l’alpage,
Il contemple plus bas une mer de nuages
Aussi dense et bouclée que la mer écumeuse.
Il a enfin compris combien sa vie heureuse

Est toute plénitude. Il ne peut que prier
Devant un tel spectacle, face à tant de beauté !
Prier il ne sait qui, mais entr’ouvrir son coeur
A cette perfection qui donne un tel bonheur.

Peu à peu cependant le voile se déchire,
Crevé par les sommets. Et la lumière vire
Entre les pans brumeux qu’elle semble dissoudre.
Des lambeaux filandreux se dissolvant en poudre

De soleil et de gel brillent autour de lui.
C’est le début du jour et la fin de la nuit.
Au Levant disparaît une dernière étoile.
La vallée apparaît. La mariée se dévoile…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire