Le peigne

Poème inspiré par un tableau de :

Auguste Renoir
(1841-1919)

Sur ton peigne de  nacre un de tes cheveux roux
Est resté accroché comme un rai de soleil.
Tendre fleur de Provence au visage si doux,
Tu es comme une Alice aux Pays des Merveilles

Tant tu es frêle et fraîche en tes quatorze années !
Ce peigne iridescent te fut un jour légué
Par grand’tante Amélie morte un jour de printemps.
Mais tu as oublié : il y a si longtemps !

Ce peigne fut son bien ; elle s’en est allée…
Elle aussi était rousse. Et elle fut jolie
Avant que son visage ait les traits chiffonnés
Comme les tiens plus tard, ma charmante Ophélie.

Le cheveu s’entortille entre les dents nacrées
Du vieux peigne précieux : un long cheveu bouclé
Qui crépite et se tord, rouge dans la lumière.
Mais tu en as tant d’autres, jolie écolière !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire