La surprise

Délicieuse surprise ! C’en est presque brutal !
Le printemps renaissant réveille la Provence ;
La vie ressuscitée exacerbant nos sens
Chasse à coups de fouet la dormance hivernale.

Le nez est titillé par mille et mille odeurs :
Senteur d’herbe écrasée et de terre mouillée
Fumant dans le matin ; fragrances épicées
Des bourgeons qui accouchent de nouvelles fleurs…

Le ciel semble lavé et le mistral s’emploie
A le rendre plus bleu. Ses ailes se déploient
Au-dessus de Lambesc ; il est ensoleillé,

Point trop mésavenant car encor raisonnable.
Il chante la chanson du printemps qui renaît,
Ritournelle en douceur qui ne peut qu’être aimable.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire