La surprise

Délicieuse surprise ! C’en est presque brutal !
Le printemps renaissant réveille la Provence ;
La vie ressuscitée exacerbant nos sens
Chasse à coups de fouet la dormance hivernale.

Le nez est titillé par mille et mille odeurs :
Senteur d’herbe écrasée et de terre mouillée
Fumant dans le matin ; fragrances épicées
Des bourgeons qui accouchent de nouvelles fleurs…

Le ciel semble lavé et le mistral s’emploie
A le rendre plus bleu. Ses ailes se déploient
Au-dessus de Lambesc ; il est ensoleillé,

Point trop mésavenant car encor raisonnable.
Il chante la chanson du printemps qui renaît,
Ritournelle en douceur qui ne peut qu’être aimable.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.