La grippe

Illustration du poème trouvée sur :

www.kebekmac.blogspot.com

Nous ne nous méfiions pas et l’infâme mistral
En a tiré profit pour se jeter sur nous ;
Se glissant sous nos pulls et nous glaçant le cou,
Il s’est bien régalé à nous faire du mal

En nous inoculant une superbe grippe :
La A, la B, la X ?… Après tout peu importe !
Ce qui est important c’est ce que l’on supporte :
Du malheureux grippé nous sommes l’archétype

Car depuis nous gisons au fond de notre lit,
Rouge et tout frissonnant malgré la grosse couette
Ressortie de l’armoire. Et notre mal de tête
Gonfle notre cerveau d’un embrouillamini !

Un nez en cataracte, une gorge qui pique,
Une toux effrénée qui va nous mettre à bas
Tant on est secoué du haut jusques en bas.
La grippe est un parcours quelquefois homérique !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Hiver, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire