La calanque de Samena

On était le vingt juin, au début de l’été.
Avec Aude et Martin on avait décidé
D’aller pique-niquer plage de Samena.
Je sais, c’est interdit : ne le dites donc pas !

L’accès en est ardu. Mais fort heureusement
Nos sacs étaient légers et nous avions vingt ans !
Et nous y étions seuls. Les autres Marseillais
Devaient être au Prado,  en foule et entassés !

Des rochers tout en vrac, une plage de sable !
Nous avons déballé, nous sommes mis à table,
Tout heureux d’être seuls face à tant de beauté.
Et seulement pour nous, la Méditerranée !

Le temps nous paraissait très sûr et sans problèmes.
N’était-ce pas l’été , et tout neuf, du jour même ?
Bien sûr le ciel au Sud était taché de roux,
Mais nous n’y songions pas, inconscients, un peu fous…

C’est arrivé d’un coup et sans aucun présage :
Un vent soudain furieux ! Un gigantesque orage
Se déversant en trombe au-dessus de nos têtes !
Et le sauve-qui-peut, la poudre d’escampette

Devant des flots hurlants, déchaînés, en troupeau !
Nous avons dû filer pour sauver notre peau :
Le temps d’escalader – Oh ! nos pauvres mollets…
De glisser, déraper, et nous étions trempés,

Sans sac, sans clés, sans sous, et pratiquement nus :
Arrivés tout en haut, nous avions tout perdu !
Nous avons dû rentrer en stop et en maillot
Sous une pluie battante et le coeur vraiment gros…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.