Froid montagnard

Poème illustré par un tableau de :

Annie B.
www.annieb.over-blog.com

Oh mon dieu, qu’il fait froid ! Tellement que le souffle
Se transforme en vapeur à chaque expiration !
Nos mains sont si crispées tout au fond de nos moufles
Que nos vingt doigts sont morts ! Pitoyable Manon

Qui viens de Cavalaire, il faut t’habituer
A supporter ce temps ! Et l’immense plaisir
De dévaler les pist(es), il te faut le payer,
– Bien que ça n’ait duré que le temps d’un soupir –

Au prix d’un nez qui coule et d’oreilles gelées !
Passer de plus dix-neuf à moins douze degrés,
C’est assez difficile, il faut bien l’avouer…
Après cette journée, tu es si épuisée

Que tu ne songes plus qu’à rentrer, bien au chaud !
Il faut nous arrêter. Faisons donc une halte
Au bar de « L’Eterlou » pour boire un cacao…
Là-haut le ciel flamboie sur les monts bleu cobalt.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.