Un printemps pourri

Un jour il bruine, un jour il vente ;
Lors le soleil tente un essai,
Mais le plus souvent repoussé
Par une folle et déplaisante

Mutinerie des éléments.
Et puis s’en vient la canicule,
Qui le surlendemain recule
Face à un froid vif qui dément

Qu’on est vraiment au mois de mai !
Les bourgeons ont tous piètre allure
Car de trop tardives gelures
Les ont en fait tous abîmés :

Aurons-nous des fleurs cet été ?
Mais où sont donc passées les règles ?
Le Ciel se voudrait-il espiègle
Pour châtier la légèreté

Avec laquelle on a agi
Depuis des dizaines d’années ?
Et la Nature assassinée
A-t-elle soudain réagi

Un peu trop vigoureusement
A notre folie criminelle ?
Vivons-nous une ère nouvelle ?
Ce printemps ? Un prince dormant…

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, Printemps, Questions ?. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.