Tiède, le mois de juin…

Tièdes les nuits de juin, quand elles sont si brèves
Que le soleil est las de ne pouvoir dormir
Qu’un court moment à peine ; où il fait beau sans trêve,
Où il ne pleut jamais que le temps d’un soupir !

Tiède le mois de juin du début de l’été,
Quand ressortent enfin ces robes si légères
Bruissant tout doucement, prêtes à voleter
Sur des jambes dorées par la prime lumière !

Tiède l’eau de la mer qui froufroute et ondule
Autour de jolis corps plus nus qu’il n’est permis ;
Si frais et si parfaits que la vertu recule
Devant ces doux tendrons aux maillots étrécis !

Tiède le mois de juin qui tracasse l’esprit
D’élucubrations – oh, vraiment très coquines !
Et qui devient très chaud, ce vilain malappris,
Dès que passe alentour une jolie rouquine…

Brûlant ce vent de juin qui fait tourner les têtes
Et joue à se rouler dans les grands champs de blé
En s’imprégnant d’odeurs. Un vent qui pirouette
Par-dessous les jupons pour les faire voler…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.