Sécheresse

Poème illustré par un tableau de :

Henri Guey
www.henri.guey.free.fr

La terre sèche craque et ne peut plus attendre
Mais le ciel est trop bleu pour qu’on ose espérer .
Le vent pose un linceul sur le sol surchauffé ,
Voilage arachnéen tout piqueté de cendres .

Tout a soif , tout est gris . Les herbes en filandre
Pendouillent desséchées comme de vieux lacets .
La Durance n’est plus qu’un réseau de filets
Se traînant alanguis au creux de ses méandres .

Pas une goutte d’eau sous le grand soleil fou
Qui ravage les bois en les poudrant de roux ,
Et les fleurs assoiffées ont un teint bien trop pâle .

La vase est craquelée sur le bord de l’ étang .
Les arbres , les chemins sont grisailleux et sales .
Le soleil trop brûlant a tué le printemps …

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.