Le grenier

 

Poème illustré par une photo de :

Arton

Je connais un lieu merveilleux
Où gît un trésor fabuleux.
Sous des tuiles décolorées
Brodées de toiles d’araignées

S’entassent des malles cassées
Débordant de nippes trouées,
Des meubles démantibulés,
D’antiques cahiers d’écoliers.

Là dorment des disques rayés
Aux vieilles voix toutes rapées,
Et un gramophone assourdi
Par les années et par l’oubli,

Des lettres et des fleurs séchées,
De vieux soldats et des poupées,
Des bouquins sentant le moisi,
Et puis encore, et puis, et puis …

Tout est défraîchi et râpé,
Empreint des miasmes du passé.
C’est un vivier de souvenirs,
Empli de larmes, de sourires.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire