Le cerf-volant

Poème illustré par :

D.Lauvernet
www.leblog-mines-a-gribouilles.overblog.com

Au-dessus de la plage encombrée de corps nus
Un oiseau de papier s’envole vers les nues
Qui ponctuent le ciel bleu au-dessus de Sausset.
C’est un aérodyne. Nul ne pourrait penser

Que tel est le vrai nom de la gent cerf-volant !
Il est léger, rutile et danse dans le vent
Comme une énorme fleur aux pétales froissés :
Un engin losangique aux couleurs irisées.

Sur sa queue qui ondoie quatre gros papillons
Virevoltent gaîment au gré des tourbillons.
C’est un petit garçon qui en tient le long fil :
Appliqué et craintif, il est presqu’immobile ;

Bien cambré en arrière, il a peur de lâcher
La merveille qui vole et qu’on vient d’acheter
Au bazar de la plage. C’est sa concentration
Qui semble piloter l’objet de sa passion

Car le cerf-volant vire, et monte, et redescend,
Paraissant obéir aux désirs de l’enfant.
Un oiseau de papier qui tournoie dans le ciel,
Un oiseau coloré, chimérique et sans ailes !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire