Le cerf-volant

Poème illustré par :

D.Lauvernet
www.leblog-mines-a-gribouilles.overblog.com

Au-dessus de la plage encombrée de corps nus
Un oiseau de papier s’envole vers les nues
Qui ponctuent le ciel bleu au-dessus de Sausset.
C’est un aérodyne. Nul ne pourrait penser

Que tel est le vrai nom de la gent cerf-volant !
Il est léger, rutile et danse dans le vent
Comme une énorme fleur aux pétales froissés :
Un engin losangique aux couleurs irisées.

Sur sa queue qui ondoie quatre gros papillons
Virevoltent gaîment au gré des tourbillons.
C’est un petit garçon qui en tient le long fil :
Appliqué et craintif, il est presqu’immobile ;

Bien cambré en arrière, il a peur de lâcher
La merveille qui vole et qu’on vient d’acheter
Au bazar de la plage. C’est sa concentration
Qui semble piloter l’objet de sa passion

Car le cerf-volant vire, et monte, et redescend,
Paraissant obéir aux désirs de l’enfant.
Un oiseau de papier qui tournoie dans le ciel,
Un oiseau coloré, chimérique et sans ailes !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.