Black-out

Neige

Poème illustré par un tableau de :

Michel Vézinet
www.galerieartsud.com

Les vacances finies, ils sont tous repartis.
C’est vraiment très bizarre : un étrange silence
Enveloppe le Sauze. On dirait que la nuit
Emmure la station. La paix y est immense,
Presque trop, dirait-on, après l’excès de bruit.

A quoi donc vont servir hôtels et restaurants ?
La neige virevolte et elle est toujours vierge,
Aussi immaculée qu’au tout début des temps.
La couche s’épaissit et peu à peu submerge
Les dernières autos des derniers résidents.

Un silence total après tant de chahut ;
Un silence tout blanc, trop total, qui oppresse !
Tiens ! Ne dirait-on pas d’infimes résidus
De fête et de chansons ? Quelques cris d’allégresse,
Tout au moins leur écho qui reste suspendu ?

Mais non ! C’est le silence. Un silence écrasant
Seulement perturbé par la neige qui tombe :
Ne l’entends-tu donc pas qui chuinte en se posant
Sur le sol verglacé ? Un silence de tombe
Tellement anormal qu’il en est angoissant !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits « classiques », pratiquement tous voués à la Provence.

Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire