Black-out

Neige

Poème illustré par un tableau de :

Michel Vézinet
www.galerieartsud.com

Les vacances finies, ils sont tous repartis.
C’est vraiment très bizarre : un étrange silence
Enveloppe le Sauze. On dirait que la nuit
Emmure la station. La paix y est immense,
Presque trop, dirait-on, après l’excès de bruit.

A quoi donc vont servir hôtels et restaurants ?
La neige virevolte et elle est toujours vierge,
Aussi immaculée qu’au tout début des temps.
La couche s’épaissit et peu à peu submerge
Les dernières autos des derniers résidents.

Un silence total après tant de chahut ;
Un silence tout blanc, trop total, qui oppresse !
Tiens ! Ne dirait-on pas d’infimes résidus
De fête et de chansons ? Quelques cris d’allégresse,
Tout au moins leur écho qui reste suspendu ?

Mais non ! C’est le silence. Un silence écrasant
Seulement perturbé par la neige qui tombe :
Ne l’entends-tu donc pas qui chuinte en se posant
Sur le sol verglacé ? Un silence de tombe
Tellement anormal qu’il en est angoissant !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.