Le bain d’Amélie

Poème illustré par un tableau de :

Raymond Planchat
www.raymondplanchat.fr

La charmante Amélie immerge ses orteils
Dans l’eau encor très fraîche. Et un joli frisson
Fait trembler son corps nu des pieds jusqu’aux tétons :
C’est son tout premier bain sous son premier soleil,

Il fait encor frisquet ce matin à sept heures,
Et l’été est tardif cette année en Provence.
Mais comment repousser la volupté immense
De l’onde sur sa peau ? Car autant vivre ailleurs

Si l’on ne peut jouir de toutes les faveurs
Procurées par le Sud ! Le soleil gringalet
Est un brin paresseux ? Il va se remplumer,
Rutilant et replet pour son plus grand bonheur

D’ici deux ou trois jours ! Faisant un grand effort,
Amélie marche un peu, tout juste à la lisière
De l’eau et de la plage. Il fait bon, et la mer
Clapotant sur ses pieds la chatouille et la mord…

Délice douloureux, mais à peine ! Et bonheur
D’être ainsi isolée, d’avoir le monde à soi !
Grandiose immensément sous le ciel qui chatoie,
La Méditerranée grésille de couleurs.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Méditerranée, Portraits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.