La mouche

 

Elle a trente ailes, elle vrombit,
Vibrant dans l’air presqu’étouffant.
Trente ailes, cinquante ou bien cent :
Un énervant charivari.

Elle trémule, elle résonne
Et se cogne aux vitres bleutées.
Elle éveille l’énorme été
Qui pèse mille et mille tonnes.

Elle a un effet hypnotique
Dans la chaleur du grand mois d’août.
Elle agace, elle pousse à bout
Les âmes les plus pacifiques.

Ses yeux de robot par milliers
Regardent partout à la fois.
Elle ronfle, cesse parfois,
Et puis redécolle , affolée .

On perd alors toute raison :
Poursuivant l’hôte indésirable
Et ses facéties innombrables
On l’abat d’un coup de torchon …

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.