La borie

Poème illustré par un tableau de :

Sergio Blasco
www.craftiz.fr

Au coeur de la garrigue et pas très loin d’Eyguières,
Sous des yeuses kaki, un peu empoussiérées
Par l’été accablant qui vient de s’achever,
Se dresse un bien curieux empilement de pierres.

C’est un vieux cabanon issu du fond des temps :
La borie des bergers courant s’y réfugier
Quand l’orage au Couchant se mettait à gronder.
Et sa voûte très simple en encorbellement

Les gardait comme un nid le fait pour les oiseaux.
Une coque solide dont la forme arrondie
Permettait bien souvent de se passer du lit
Tout prêt dans le mazet, mais trop loin du troupeau.

Et quand la lune ocrée pleuvait sur la borie,
L’on entendait parfois un loup hurler au loin.
Les moutons apeurés se tassaient dans un coin
Et le chien attentif examinait la nuit.

Les pierres imbriquées qui formaient une voûte
Avaient été tiédies au long de la journée.
Alors on était bien – elles restituaient
Une douce chaleur qui suintait goutte à goutte .

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire