Désir d’automne

Quand vas-tu revenir, cher Automne si doux ?
Car nous t’espérons tous, après cet été fou
Tout gonflé de colère – Oh, puisse la Nature
Pardonner nos excès de gamins immatures

Et te donner à nous tel que nous t’attendons :
Normal, tellement beau avec cette crinière
De feuillages dorés par l’ultime lumière
D’un soleil languissant et prêt à l’abandon.

Car tu dois revenir ! Notre plus cher désir ?
Oublier cet été brûlant à en mourir
Et les effets pervers de cette canicule ;
Nous rendre compte enfin que le soleil bascule

Derrière l’horizon toujours un peu plus tôt
Et que c’est merveilleux. Après tout, peu importe
Car il fait ainsi foi que la fournaise est morte !
La fraîcheur du matin va renaître bientôt

Avec la bonne odeur du sol tout détrempé
Par la pluie de la nuit. L’été a décampé,
Emportant sa fureur, sa fièvre et sa folie.
La grisaille du ciel nous semble si jolie,

Tout comme l’ocre roux qui teinte le feuillage !
Oui, mais nous t’en prions : surtout reste bien sage…

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Le début de l'été, Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.