Chaud-bouillant

Le sable est chaud-bouillant, et la mer est si plate
Qu’on la croirait ainsi tout juste repassée :
Plus un creux, plus un pli ! Serait-elle lassée
De toujours s’agiter ? L’horizon écarlate

Rougeoie d’un trait de feu pur et incandescent.
Cet été est si chaud qu’on en a oublié
Combien nous l’attendions ; et ce mois de juillet
A abruti Marseille sous son feu trop ardent,

Combien de Marseillais ont renié la plage,
Sauf quelques inconscients à la peau écrevisse ?
Cet été est si fou qu’on oublie les délices
De ses longues soirées, de ses batifolages…

Un temps tout déglingué où tout est toujours trop :
Trop d’orages, de vent ou bien trop de chaleur,
Même si c’est l’époque… L’effroi et la douleur
Lacèrent notre monde, et d’alarmants accrocs

En déchirent la trame, tel ce temps effroyable
Qui surchauffe la ville et la plage et la mer.
Le sable est chaud-bouillant, et l’avenir amer
Tout comme cet été vraiment insupportable…

A propos Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été, Le soleil-lion, Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.