Les grues cendrées

vol_grues

Dans le ciel virant au noir
Passe un vol de grues cendrées,
Sous les nuées mordorées
Par la lumière du soir.

Elles sont très en retard,
Et le vent qui s’époumonne
Sous le ciel noir qui frissonne
Fouette et moleste au hasard

Certains oiseaux qui s’attardent :
Les faibles et les trop lents,
Les quinauds qui vont volant
A l’écart sans prendre garde.

Certains tombent comme pierres,
En bas, au creux d’un maquis ;
Pauvres volatiles qui,
Encor ambrés de lumière,

Vont s’effacer peu à peu,
Loin de leurs soeurs qui progressent,
Comme mues par l’allégresse,
Vers un nouveau matin bleu.

Dans le ciel virant au gris,
Un vol immense de grues
Passe, égratignant les nues
Que le petit jour blêmit.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Hiver, Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Les grues cendrées

  1. Véronique Friedling dit :

    merci ma chère tante pour ce si gentil petit mot à l’occasion de mon anniversaire ; je réponds bien tard, mais viens de prendre le temps de « feuilleter » vos poèmes, en commençant par « Rêve de chat », puis « les grues cendrées », que je prends comme un cadeau puisqu’il a été écrit le 19 mai!
    Je vous embrasse bien fort
    Véronique

Laisser un commentaire