Le pommier

Poème illustré par :

Oscar Griffith

Pas bien loin d’un puits un très gros pommier
Tellement chenu qu’il en est très laid
Avec son bois sec pratiquement mort !
Comment fait-il donc pour tenir encore ?

Mais ne croyez pas en son agonie :
L’arbre tout tordu sur son vieux tronc gris
Est plus vigoureux qu’on pourrait le croire !
C’est un vrai costaud qui a en mémoire

Plus de cent printemps ; et il est certain
Qu’il est le plus beau de Digne les Bains
Dès le mois d’avril : une boule rose
De fleurs-papillons fraîchement écloses

Dissimulant bien sa pauvre carcasse
Sous un voile clair quoique trop fugace.
Le vieux pommier rose est une merveille
Sous les rais tout neufs du nouveau soleil.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.