Vent d’automne

de_l_air_et_du_vent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poème illustré par un tableau de :

Cécile Gouthière
www.gouthiere.com

Il entraîne dans ses lacis
Les tout ultimes feuilles mortes
Qu’il brasse, dépèce et emporte
Jusqu’aux confins d’un grand ciel gris.

Ce n’est pas un vent provençal,
Il est trop humide et trop mou
Et il tord ses volutes sous
De tristes nuées automnales

Qu’ici nous ne connaissons pas.
Il mugit, gémit, veut entrer,
Puis il secoue les oliviers
Qui s’accrochent aux cieux trop bas.

Malgré ses beuglements furieux,
Nous, nous préférons le mistral :
Il est souvent bien plus brutal
Mais il nous offre du ciel bleu !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire