Tourments

Tiens ! La voici qui se prépare
Et je la vois poudrer son nez !
« Sois sage, Nestor ! » et point-barre :
Elle va encor me laisser !

Je vais bientôt me retrouver
Tout seul à garder sa maison,
Son coffre-fort et ses chéquiers,
Et ses bijoux, et le chaton…

On est pourtant bien tous les trois
A cocooner tout à notre aise,
Le chat Antonin, elle et moi ;
Et c’est dommage qu’il lui plaise

De tant sortir pour ses achats
Et des dépenses scélérates.
Ah ! bader à tout-petits pas
En levant cinq-six fois la patte

Sur les platanes de Pourrières !
Oh ! Cerbère, Dieu des bons chiens,
Veux-tu exaucer ma prière,
Peux-tu m’apporter ton soutien ?

Qu’elle ne soit plus attirée
Par les soldes, la tentation,
Ou qu’elle soit enfin ruinée
Pour demeurer à la maison !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Zooland. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.