Soudain, l’été…

Poème illustré par :

Francis Jalibert
www.artmajeur.com/jalibert

Il est survenu d’un seul coup
Et s’est soudain jeté sur nous,
Comme affamé et plein de haine !
Hier encor on était en peine

Et l’on frissonnait dans le vent.
C’est ainsi chez nous : très souvent,
Le temps est fou et sans nuances ;
L’été s’abat sur la Provence

D’un seul coup comme un ravageur !
Alors qu’on était presqu’en pleurs
Deux jours avant sans les cigales,
Aujourd’hui l’on peste et l’on râle

Tant il fait chaud ! Et le cricri
Tant attendu est comme un cri
De victoire dans le jardin…
Et c’est tant mieux ! Et si l’on geint,

C’est qu’on est sot ! Vive l’été,
Même s’il nous fait transpirer
Et boire comme cent chameaux !
Tu n’as qu’à mettre ton chapeau…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le début de l'été. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.