Sommeil

heralbert-paysage-de-provence

Poème illustré par un tableau de :

Halbert
www.halbert-peintre.com

La Provence assoupie sous un froid soleil jaune
Semble en hibernation, et ses couleurs d’automne
Sont aussi délavées qu’au Nord embarbouillé.
Son ciel ennuagé paraît ensommeillé,

Penché tout de guingois sur la campagne aixoise ;
Mais y flottent encor quelques reflets turquoise
Oubliés par l’été désertant la Provence.
Micocouliers tout nus, oliviers en dormance

Attendent le printemps… Quant à la La Belle au Bois,
Elle rêve en dormant d’un Prince en grand arroi
Qui ne saurait venir que lorsque s’émerveille
L’éclatante chanson du Midi qui s’éveille.

Mais la Provence a froid, et il est bien trop tôt,
Au creux gris des cités, au flanc de ses coteaux,
Pour songer à couver de tendres amourettes.
L’hiver gris qui s’en vient n’a point le rire en tête !

Pour le moment tout dort et tout est suspendu…
La garrigue est fanée ; le ciel s’y est pendu
Aux fourches argentées des immuables chênes
Si tristes en hiver. Et parfois s’y déchaînent

Les longs tourbillons noirs d’un mistral affolé.
N’y reste plus que l’ombre d’oiseaux envolés
Vers un Sud plus clément. La Provence engourdie
Vient juste d’amorcer une sieste infinie…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne, Hiver. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire