Racontars

pgiroud

Poème illustré par un tableau de :

Pascal Giroud
http://www.pgiroud.fr

A Marseille, c’est sûr, les gens se moquent bien
Des tristes racontars qu’on colporte partout ;
Et s’il y a du vrai dans ces piapias malsains,
Le bonheur d’être ici prédomine sur tout !

Qu’est-ce donc qui pourrait l’emporter sur ce ciel
Eternellement pur et toujours peint en bleu
Par le vent le lavant à grands claquements d’ailes ?
En quel lieu, dites-moi, saurait-on trouver mieux

Que cette mer froissée juste comme il le faut,
Rarement trop brutale, exempte de marées :
La Méditerranée dont nous sommes féaux
Depuis que notre Europe s’est un peu policée !

Deux mille six cents ans de soleil et de deuils !
En chaque Marseillais dort un marin très sage
Qui sait bien louvoyer entre tous les écueils :
Peu lui importent donc ces tristes commérages !

On vit très bien ici si l’on ferme les yeux,
Tant qu’on n’est pas atteint trop personnellement.
La douceur du climat, la mer et le ciel bleu :
On sait s’en tenir là et vivre dans l’instant…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.