Racontars

pgiroud

Poème illustré par un tableau de :

Pascal Giroud
http://www.pgiroud.fr

A Marseille, c’est sûr, les gens se moquent bien
Des tristes racontars qu’on colporte partout ;
Et s’il y a du vrai dans ces piapias malsains,
Le bonheur d’être ici prédomine sur tout !

Qu’est-ce donc qui pourrait l’emporter sur ce ciel
Eternellement pur et toujours peint en bleu
Par le vent le lavant à grands claquements d’ailes ?
En quel lieu, dites-moi, saurait-on trouver mieux

Que cette mer froissée juste comme il le faut,
Rarement trop brutale, exempte de marées :
La Méditerranée dont nous sommes féaux
Depuis que notre Europe s’est un peu policée !

Deux mille six cents ans de soleil et de deuils !
En chaque Marseillais dort un marin très sage
Qui sait bien louvoyer entre tous les écueils :
Peu lui importent donc ces tristes commérages !

On vit très bien ici si l’on ferme les yeux,
Tant qu’on n’est pas atteint trop personnellement.
La douceur du climat, la mer et le ciel bleu :
On sait s’en tenir là et vivre dans l’instant…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Marseille, Méditerranée. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire