Première neige

La vallée de l’Ubaye est blanche,
Argentée sous son ciel qui penche
Au-dessus des toits ouatés ;
Elle est feutrée, immaculée,

Etrangement silencieuse.
Les branches biscornues des yeuses
Du jardin sont capitonnées
D’un capulet couleur de lait

Et, sur le chemin, des congères
Ont été sculptées par l’hiver,
Talus bien ronds et potelés
Qui commencent à s’effondrer.

On ne l’attendait pas encor,
Ce tapis blanc, couleur de mort !
On n’a pas vu passer l’été…
Les toits bien encapuchonnés

Font le dos rond sous l’édredon
Trop neuf qui s’affaisse et qui fond :
Pourtant le soleil est bien terne
Puisqu’il vient de se mettre en berne !

La vallée de l’Ubaye est blanche
Et son ciel grisailleux se penche
Sur le village somnolent.
Oh ! Il est bien loin, le printemps…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Hiver, La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire