Précipitation

Il faut me retenir ou je fais un malheur :
Il fait tellement beau, j’ai tant envie de fleurs
Qu’on doit me rappeler qu’il est encor trop tôt
Pour penser jardinage ! Oublions donc terreau,

Rempotage et semis… Il faut attendre avril,
Un peu plus de chaleur, même si le babil
Des oiseaux amoureux me chante le contraire :
« Laisse-toi donc tenter ! ». Et c’est vrai que la terre

Toute gorgée de sève a l’air bien avenant…
Depuis bientôt un mois il n’y a pas de vent :
Le mistral aurait-il oublié la Provence ?
Il fait tellement doux… Quelle incroyable chance

Que ce printemps hâtif qui sent bon le bonheur !
Mais je dois résister, ce n’est pas encor l’heure !
Le mauvais temps sans doute embusqué dans un coin,
Qui peut-être ne veut que flinguer mon jardin,

Est prêt à dégainer : gare au maudit coquin !
Ne nous pressons pas trop… C’est vrai que le matin,
Il fait encor très frais, que le Midi frissonne,
Même si le printemps me fait signe et fredonne

Sa petite chanson. Mais je reste stoïque,
Et si je veux avoir un jardin mirifique,
Il me faut juguler ce désir de planter.
Il est encore trop tôt ! Je vais aller rêver…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire