Mistral d’été

Poème illustré par  un tableau de  :

Claude Binetruy
www.galeriegraal.com

Il fait froid à Paris ! Il y bruine ou il pleut
Alors qu’ici l’été est presqu’insupportable
Tant il fait chaud et lourd. Mais c’est un temps radieux
Pour tous ces gens du Nord allongés sur le sable !

Nous, nous n’en pouvons plus ; et, sans oser le dire,
Nous serions très heureux qu’il y ait des nuages.
Mais nombreux seraient ceux qui pourraient nous maudire
S’ils étaient au courant de nos désirs d’orage…

Egaré près de Lyon, notre ami le mistral
S’est enfin aperçu qu’il n’y était pas bien.
Il s’est alors gonflé d’un souffle boréal
Pour revenir chez nous nous offrir son soutien.

Oh, mon Dieu ! Que c’est bon, ces tourbillons de vent
Si frais et salvateurs ! Ce sont des coups de maître !
Malgré le bruit qu’il fait, nous en sommes contents,
Même si ceux d’ailleurs pestent contre ce traître

Qui gâche leurs congés avec moultes rafales…
Cependant, depuis lors, un soupçon insidieux
Nous cause du souci : pourvu que le mistral
Ne devienne pas fou et joue avec le feu !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Le soleil-lion. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire