Mélancolie

Poème illustré par un tableau de :

François-Marius Granet
(1775-1849)

La mélancolie sied bien à l’automne
Car le feu du ciel s’y est adouci.
Le temps est boueux, et c’est aujourd’hui
Que septembre meurt. Au loin le ciel tonne.

Les jours sont plus courts, parfois grisailleux.
On a le coeur lourd sans savoir pourquoi,
Il est en écharpe et tout de guingois
Avec l’impression d’être malheureux.

Et pourtant les fleurs explosent toujours,
Massifs et bouquets aux aigres couleurs.
Le ciel suinte encor un peu de chaleur
Et la pluie qui bat n’éteint pas le jour.

Mais le soleil bleu est moins lumineux,
Il se lève tard et devient plus pâle.
Il a aujourd’hui des reflets opale
Et se traîne au ciel en gros paresseux.

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Automne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire