Les oignons

 

 Poème illustré par :

Dubois-Gérard
www.dubois-gerard.com

On prononce toujours : ognons.
Ils sont blonds ou blancs, c’est selon !
Rouges parfois, mais c’est plus rare.
Et ce sont de grands frileux car
L’on ne pourrait compter leurs peaux
Tant il y en a sur leur dos.

Mais ne voudraient-ils pas venger
Ce petit i abandonné
Par la prononciation française ?
Toujours est-il qu’ils sont bien aise
D’abondamment faire pleurer
Les braves qui se sont risqué

A les éplucher sans vergogne.
Et peut-être sont-ils en rogne
D’être impudemment dénudés ?
Mais ils peuvent bien rigoler !
Car ici-bas le courage
Fait plus que force ni que rage !

Et qui c’est qui sera mangé ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.