Les numéros

                                           

Poème illustré par une aquarelle de :

Armand Feldmann
www.armandfeldmann.com

A Salon, au fond d’une rue,
Je recherchais un numéro,
Me demandant si la berlue
N’avait point grignoté mon cerveau

Car c’était le 923 !
Or cette rue était ruelle
Et ses trottoirs étaient étroits !
L’âge était-il soudain cruel ?

En regardant d’un peu plus près
Je vis qu’ils étaient plus de 1000 :
Soudain la tête me tournait
Car ces numéros incivils

Etaient vraiment bien trop nombreux
Pour aussi peu de jolis toits …
Et c’est un charmant vieux monsieur
Qui m’expliqua tout du pourquoi :

Car au fin-fond de la Provence
On ne dénombre pas les maisons
Comme on le fait partout en France :
Pair ou impair, et c’est selon !

Eh non ! Je vous l’ai déjà dit,
Ici l’on ne s’épuise pas :
Dans notre  chaud et beau Midi,
C’est normal qu’on compte… les pas!

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Provence au coeur. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.