Les jupons

Poème illustré par un tableau de :

Mireille Mussi
www.passion-ocrebleue.artblog.fr

La belle Magali était une Antiboise
Aux jolis crocs tout blancs et aux lèvres cerise,
– Petites dents pointues sous sa lippe narquoise –
Et qui jouait souvent – trop ! à trousse-chemise.

Pour séduire elle était vraiment fort astucieuse,
Sachant suprêmement jouer de ses jupons
Coquets et raffinés : manoeuvres ingénieuses,
Attifiaux froufroutants sur des dessous fripons.

Dessus, son cotillon d’un lourd boutis piqué,
Fort sage et avenant, pour mieux tromper son monde !
Ensuite « la modeste », très souvent festonnée
Par de fines brodeuses connues à la ronde.

Puis venait « la friponne », qui laissait entrevoir,
Quand on la soulevait, des mollets arrondis.
Raide et amidonnée, souvent de teinte ivoire,
Elle suggérait fort des charmes interdits.

Et « la secrète » enfin ! Mais là, il faut me taire
Car vous en sauriez trop sur ce qu’on doit cacher.
Vieux jupons provençaux, existence légère
D’une fille d’autrefois aimant batifoler…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Chez nous, La Provence au coeur, Les gens. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire