Les crocus

Poème illustré par un tableau de :

Denis Gingras
www.dgingrass-artist.com

Là-haut dans les alpages le temps redevient
Un vrai temps du bon Dieu. L’air est bien moins glacé,
Et l’on respire mieux ; l’on se sent presque bien
Sur les pentes lustrées beaucoup moins verglacées.

Puis c’est un vrai bonheur car voici qu’apparaissent,
Trouant la neige ultime, de jolis pétales
Pointus et violacés*. Lentement ils redressent
Leur lance minuscule. Le gel leur est égal

Car s’ils sont les premiers messagers du printemps,
Un froid un peu cinglant vraiment les indiffère.
Ils sont striés de mauve, avec un coeur safran ;
Peut-être les dernières larmes de l’hiver ?

 * Ils peuvent aussi être jaunes ou blancs !

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire