Les boutons d’or

Poème illustré par un tableau de :

Vincent Van Gogh
(1853-1890)

Petits bouts de soleil fleurissant en troupeaux,
De jolis boutons d’or tapissent les talus,
Les prairies, les jardins,… Et nous n’en pouvons plus
De lutter en Ubaye contre leurs affutiaux.

Corolles jaune vif, feuillage dentelé,
C’est comme du chiendent tant c’est indestructible ;
Renoncules dorées nullement comestibles,
Et même empoisonnées pour qui va les brouter !

Gourmand impénitent qui s’y est essayé,
Barnabé l’éterlou s’en souviendra toujours :
Effroyables douleurs, gorge en feu, ventre lourd…
Les petits boutons d’or depuis lui ont laissé

Un  souvenir amer. Modestes et toxiques,
Tendant leur jolie coupe aux cabris imprudents,
Ils s’offrent au regard… surtout pas à la dent !
Les jolis boutons d’or ? Des pièges maléfiques…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans La Haute Provence, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire