Lecture

Poème illustré par :

Lionel Spani
www.lionel-spani.com

La pendulette sonne et des gouttes de temps
Tombent en cliquetant dans le salon bien clos.
Mais Anne n’en a cure : son livre est palpitant
Et plus rien ne saurait la tirer du chaos

Décrit par Carlotto. Elle en a des frissons
Et oublie que dehors le soleil l’interpelle
Pour l’obliger enfin à quitter la maison,
Mettre le nez  dehors où déjà étincelle

Le tout nouveau printemps enfin ressuscité.
Mais elle est bien chez elle à lire son thriller.
Son gros fauteuil pansu, une tasse de thé  !
La maison garde encor le charme de l’hiver

Quand on est bien chez soi éloigné de tout bruit.
Le beau temps attendra puisqu’on est en Provence !
Et Anne l’envoûtée vient de pousser un cri
Car on vient d’égorger son héros à Florence…

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans A la maison. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire