Le réveil

Le soleil tout flapi vient juste d’émerger
Du fin-fond de son lit là-haut sur les nuages
Car il en a assez de jouer au grand sage.
Mars qui s’éveille aussi a promis de l’aider.

De tout petits points verts commencent à pointer
De l’humus presque noir. Et sans aucun tapage
Le tout nouveau printemps en douce se propage
Jusqu’au coeur des taillis, au fin fond des halliers.

Les crocus ont fleuri, les tulipes aussi.
Les bourgeons sont gonflés, et en catimini
Les roses encor nues aiguisent leurs épines.

L’horizon bleu foncé explose de lumière,
Sous ses airs fanfarons l’hiver a triste mine.
Et s’il se dissolvait au fin fond de la mer ?

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire