Le conte du muguet

Poème illustré par une composition de :

Nathalie Guidi
http://www.lafeechiffonnee.canalblog.com

Augustin Delapeyre était horticulteur.
Il décida un jour de ne plus travailler
Que pour le premier Mai, cette journée chômée
Où l’on vend du muguet et quelques autres fleurs

Enjolivant d’autant les plus humbles bouquets.
Et comme l’homme était passionné, opiniâtre,
Il devint peu à peu le zélote idolâtre
Des fragiles grelots qu’il faisait fructifier.

Car rien n’était trop beau pour les reines de mai :
Eau de source, musique, et le coût de son temps
Ajouté aux engrais d’un prix exorbitant !
Mais il avait raison : il fut vite avéré

Que son joli muguet était exceptionnel ;
Et vite renommé, vendu partout en France !
On en expédiait tant des serres de Provence
Que l’homme devint riche, à un échelon tel

Qu’il raccrocha enfin pour prendre sa retraite
Et vendit son affair(e)… Puis un certain matin,
Il se leva très tôt pour aller tout chagrin
Dire un dernier adieu à ses blanches clochettes.

Mais à peine était-il arrivé près des serres,
Qu’il restait là tout bête, immobile et figé,
Se demandant soudain s’il était éveillé
Car il y entendait un bien curieux concert :

Pour le remercier des innombrables soins
Qu’il leur avait donnés, tous les plants de muguet
S’étaient mis tous ensemble à tintinnabuler !
Une aubade rêvée dans le petit matin…

Augustin chamboulé fut si bouleversé
Qu’il se mit à pleurer. Et ses énormes larmes
Tombant sur les brins blancs, par un étrange charme,
En firent des lutins se mettant à danser…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À propos de Vette de Fonclare

Professeur de lettres retraitée, a créé un site de poèmes dits "classiques", pratiquement tous voués à la Provence.
Ce contenu a été publié dans Contes, Printemps. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Le conte du muguet

  1. Nath dit :

    Quelle petite merveille ce poème ! J’aime sincèrement et je suis fière que vous ayez choisi l’une de mes photos pour illustrer vos vers .
    Merci mille fois !
    Belle et douce journée,
    Nath

  2. Merci, Nath ! Savez-vous qu’il y a dans vos compositions une grâce extraordinaire, et que vous êtes, vous aussi, un véritable poète ?

Laisser un commentaire